Connexion Inscription

Outeau pour la toiture

Outeau

Dans le temps les outeaux servaient à aérer les combles, de nos jours ils participent plus à l'esthétique des toitures et notamment sur des versants très longs et très pentus. Il y a deux sortes d'outeaux : les outeaux plats et les outeaux triangulaires.


Outeau plat

 L'outeau plat est composé d'une ossature, d'un versant et de deux joués. Son ossature est en général en bois, la façade est de forme  rectangulaire qui peut ou ne pas recevoir un châssis vitré avec ou sans abattant basculant pour l'aération du comble. La pente de l'outeau est légèrement inférieure et inclinée dans le même sens que la pente du versant qui la supporte. L'étanchéité de l'outeau avec la liaison de la couverture principale s'établit avec une bavette en métal (plomb, zinc, cuivre) qui permet aussi au couvreur d'étancher l'entourage des potelets de bois avec des goussets soudés et non collés, puis la finition de l'étanchéité des poteaux s'exécute avec une bande à rabattre du même métal que la bavette. Le versant de l'outeau est composé de deux rives droites ou circulaires et peut-être réalisées de solutions différentes selon le type de matériaux de couverture qui est utilisé. Le raccordement en haut des rives se fait au versant principal qui soutient l'outeau et peut ce faire de deux façons. La première solution consiste à finir la rive dans le versant principal en utilisant des noquets ou couloirs métalliques de forme particulière, qui assure  ainsi la liaison et l’étanchéité avec ce dernier et l'outeau.


Outeau plat recouvert d'ardoises sur couverture en ardoises

La seconde solution se nomme "Queue d'aronde" qui est une technique de raccorder les rives quand ce sont des matériaux plats comme l'ardoise ou la tuile plate qui suivent une courbe régulière en arc de cercle. Le  raccordement  des joués de l'outeau en liaison avec la couverture principale et attenante  s’effectue avec des noquets ou un couloir métallique,  qui sont recouverts soit d'un solin, d'une bande porte solin, d'un bardage bois ou métallique et selon le support de la joué. Cette dernière peut aussi être recouvert d'un enduit. Dans le cas d'utilisation du matériau de couverture identique on versant principal, on préconise un recouvrement plus un important du fait que la pente est plus faible. Un décompassage est nécessaire dans l'entourage de l'outeau. L'égout reste un débord simple.


Outeau triangulaire

 

 

 

 

 

 

 

 

L'outeau triangulaire  est composé d'une façade, de rive, de noue et d'un faitage,  il n'y a pas de joué. La façade peut être d’aplomb, ou perpendiculaire au versant qui la supporte ou présenter une inclinaison intermédiaire. Les deux versants s'opposent et sont reliés en partie haute pour recevoir le faîtage qui peut aussi être incliné. Le faîtage est composée soit de tuiles canal ou demi-ronde, ou angulaire qui sont posées sur un filet de mortier avec une finition lisse ou grattée des embarrures et de crêtes. Son raccordement en façade s'exécute au versant principal  comme dans le cas du outeau plat. Il peut  recevoir un châssis vitré avec  ou sans abattant d'ouverture. L'outeau présente deux rives latérales qui sont en débordement par rapport  à sa façade. Si la couverture est en tuiles le couvreur peut réaliser de différentes manières les rives, notamment si il utilise des tuiles de rives. Mais il devra  au préalable mettre en place une bande de rive pour protéger le chevron de rive.


Outeau avec des noues rondes

Les noues en général sont des noues fermées réalisées avec des noquets. En tête de noue, les noquets sont raccordés et soudés entre eux. Le couvreur doit apporter une attention particulière en façonnant une pièce de métal dite "selle de cheval" pour réaliser le raccordement de la liaison de l'extrémité du faitage, de la rencontre des deux noues avec le versant principal de la couverture qui supporte l'outeau.  Idem que pour l'outeau plat le couvreur doit réaliser un décompassage autour de l'ouvrage.